Formations cliniques du Champ lacanien

Collèges de Clinique Psychanalytique

Programme des enseignements

Unités cliniques

Antony - Présentations cliniques

par Armando Cote et Jean-Jacques Gorog

Discussion et élaboration par Armando Cote, Jean-Jacques Gorog et Agnès Metton.

La parole pour nous n'est pas là pour tempérer la violence, même si elle a souvent cet effet, encore faut-il en déterminer la raison. Bien sûr nous n'oublierons pas la violence de la parole elle-même. En réalité la parole est là pour éclaircir l'énigme dont la violence est le produit. La présentation sera l'occasion de le vérifier.

  • Le jeudi de 10h à 13h
  • 11 octobre, 15 novembre, 13 décembre, 17 janvier, 14 février, 21 mars, 11 avril, 16 mai, 20 juin.
  • Centre hospitalier Erasme, 143, Av. Armand Guillebaud, 92160, Antony, tél : 01 46 74 33 11
    RER B Station Antony, puis Bus 297 ou Paladin 2 : Station les rabats
    ou RER C : Station Chemin d'Antony

Levallois - Présentation clinique

par Patrick Barillot et Marc Strauss

La matinée se déroule en trois temps. Nous consacrons un premier temps à la reprise de la présentation précédente et ses après coups, dont nous informe l'équipe soignante. Dans un second temps, un entretien clinique se tient en présence du patient. Enfin, la matinée se clôt par une discussion sur le cas présenté avec l'ensemble des participants.

  • Le mardi de 9h30 à 12h
  • 16 octobre, 13 novembre, 27 novembre, 11 décembre, 15 janvier, 29 janvier, 12 février, 19 mars, 2 avril, 16 avril, 14 mai, 28 mai, 18 juin.
  • Centre Jean Ayme, 86 rue du Président Wilson, 92300 Levallois-Perret, tél. 01 55 46 90 50
    Métro : Anatole France (ligne 3)

Orly - Entretien avec un enfant ou un adolescent

par Colette Sepel ou Jean-Pierre Drapier

Chaque Unité Clinique se déroule en trois temps :

  • 1) Entretien avec un enfant ou un adolescent. Chaque année, pour un entretien, un invité nous offrira sa particularité.
  • 2) Discussion et élaboration du cas avec Jean-Pierre-Drapier et Colette Sepel (et l'invité le cas échéant). Cette année nous invitons Claudine Beaussier, psychanalyste à Bordeaux enseignant au CCPSO elle interviendra le 4 mars.
  • 3) Avant chaque entretien, un participant est chargé de présenter quelques enseignements cliniques tirés de la présentation précédente.

  • Le jeudi de 9h30 à 12h30
  • 18 octobre, 15 novembre, 13 décembre, 17 janvier, 14 février, 4 mars, 11 avril, 16 mai, 20 juin.
  • CMPP - 4, rue du Docteur Calmette, 94310 Orly
    RER C : Orly -Ville, Les Saules ou bus 183, station Fer à Cheval, tél. : 01 48 84 11 68

Sainte-Anne - Présentations cliniques

par Colette Soler

Discussion et débat par Françoise Gorog et Colette Soler.

  • Le vendredi de 10h à 12h
  • 9 novembre, 23 novembre, 14 décembre, 18 janvier, 1er février, 8 février, 15 mars, 29 mars, 12 avril, 10 mai, 7 juin, 21 juin.
  • Centre hospitalier Sainte-Anne, 17, rue Broussais, 75014 Paris
    Service du Dr F. de Pecoulas, Pavillon Magnan, amphithéâtre Morel

Théorie analytique et ses problématiques

La psychanalyse avec les enfants

Par Martine Menès et Frédéric Pellion

Les relations entre les concepts lacaniens et la clinique psychanalytique de l'enfant ne paraissent pas toujours immédiates.

Cependant, l'enseignement de Jacques Lacan est très à même de guider un travail orienté par la psychanalyse dans l'« infantile », y compris chez les plus jeunes sujets. Et ce, jusqu'aux apports topologiques qui éclairent singulièrement les particularités des effets de cure « à l'envers » avec un enfant.

Nous déclinerons le thème général retenu cette année par les Formations Cliniques du Champ lacanien selon deux principaux axes : 1. la distinction, sans cesse remaniée au cours des cures, entre violence et agressivité ; 2. les effets de violence liés à la parole elle-même, qui ne se cristallisent pas toujours là où on les attendrait.

Ce séminaire à double voix − deux enseignants − vise à aborder des points cruciaux de cette pratique particulière, mais, comme l'histoire du mouvement analytique l'a toujours montré, tellement vivifiante pour la psychanalyse. Il s'appuiera sur l'étude de cas et/ou de situations cliniques auparavant préparés avec et par les participants, ainsi que sur la reprise de certains textes fondamentaux de Freud et de Lacan.

Il sera cette année encore ouvert aux participant(e)s du Réseau Enfant et Psychanalyse (REP). Et de plus, il s'articulera avec d'autres activités dans ce même cadre du REP.

  • Le lundi de 21h à 22h30
  • 19 novembre, 3 décembre, 17 décembre, 7 janvier, 21 janvier, 18 février, 18 mars, 1er avril, 15 avril, 13 mai, 27 mai.
  • 118 rue d'Assas, 75006 Paris

Qu'est-ce qu'un traumatisme ?

par Jean-Jacques Gorog

La violence fait traumatisme. C'est indiscutable et pourtant on discutera cette évidence parce qu'on ne sait pas ce qui fait véritablement la matière de la violence. Plus encore avec le traumatisme sexuel. On examinera comment la parole entre dans la danse du loup, face à la violence qui lui est faite et quelle réponse peut en être attendue. De fait c'est une question éthique : en quoi la parole aussi est violence. L'étude de ce qu'on appelle les performatifs, soit les actes de parole, nous aidera à traiter de cette réponse à la violence.

  • Les 1er et 3ème mardis ouvrables du mois de 21h15 à 23h15
  • 20 novembre, 4 décembre, 18 décembre, 15 janvier, 5 février, 19 février, 19 mars, 2 avril, 16 avril, 7 mai, 21 mai, 4 juin.
  • 118 rue d'Assas, 75006 Paris

Les nœuds de la parole

par Marc Strauss

La parole : des nœuds qui tressent, coincent, étranglent les corps, imaginairement, symboliquement ou réellement, n'étant pas exclu de surcroit qu'ils se transforment les uns les autres. Elle présuppose bien sûr le pacte, mais le fond de violence des mots demeure. Elle sera à préciser. Et ce que nous appelons les structures cliniques sont autant de façons pour les parlêtres de répondre à leur appel, cela jusque dans leurs actes, qu'ils soient conscients, manqués ou imposés. Restera à rendre compte de son usage dans le discours analytique, qui permet aux sujets d'adopter une place plus vivable pour leur corps.

  • Le mercredi de 13h à 14h30
  • 7 novembre, 28 novembre, 12 décembre, 16 janvier, 30 janvier, 13 février, 13 mars, 27 mars, 10 avril, 22 mai, 29 mai, 12 juin.
  • 118 rue d'Assas, 75006 Paris

La parole, ses limites et son au-delà

par Luis Izcovich

La parole est indispensable pour fonder une pratique dont le moteur est le transfert. En effet, il n'y a pas de transfert sans parole. Deux pôles sont ainsi constitués, d'une part la parole analysante et d'autre part l'interprétation de l'analyste. Il s'agira d'explorer les limites de la parole et de ses effets, soit l'indicible du désir mais qui agit néanmoins. Deux axes seront ainsi mis en évidence avec Lacan : la jouissance sans parole mais aussi la parole comme jouissance. Dans ce parcours qui tente de cerner une pratique qui ne soit pas de bavardage, nous aborderons les conséquences de la proposition de Lacan d'un « discours sans parole ».

  • Le mercredi de 14h30 à 16h
  • 7 novembre, 28 novembre, 12 décembre, 16 janvier, 30 janvier, 13 février, 13 mars, 27 mars, 10 avril, 22 mai, 29 mai, 12 juin.
  • 118 rue d'Assas, 75006 Paris

Pratique de la parole et traitement de la violence

par Sol Aparicio

« Ne savons-nous pas qu'aux confins où la parole se démet, commence le domaine de la violence, et qu'elle y règne déjà, même sans qu'on l'y provoque », écrivait Lacan aux débuts de son enseignement.

L'analyse est toujours un pari fait sur les pouvoirs de la parole. Or les modalités de celle-ci sont multiples. Et la violence n'en est pas nécessairement exclue.

Mais, quels sont donc les noms de la violence dans le discours analytique ? Point à préciser avant de répondre à la question de savoir dans quelle mesure l'expérience analytique peut constituer un traitement de la violence, car si celle-ci n'est pas sans lien avec la jouissance, elle n'en est pas son synonyme.

  • Le mercredi de 16h à 17h30
  • 7 novembre, 28 novembre, 12 décembre, 16 janvier, 30 janvier, 13 février, 13 mars, 27 mars, 10 avril, 22 mai, 29 mai, 12 juin.
  • 118 rue d'Assas, 75006 Paris

La parole, que peut-elle ?

par Colette Soler

La question se pose partout. Hors de la psychanalyse, où elle s'affronte aux symptômes et passages à l'acte, dans l'éducation, le soin, la politique mais aussi bien dans la psychanalyse où Freud nous a appris à la plier à « l'association libre » afin de l'ouvrir à la vérité la plus intime comme la plus insue du sujet qui nous parle sous transfert, et où on compte qu'elle ait prise sur le réel des jouissances dissidentes propres à chaque parlant. Comment et jusqu'où, c'est ce qu'il s'agit de mesurer, si on veut éclairer sa nécessité, voire son efficacité possible hors du champ analytique où les violences diverses font signe d'un réel.

  • Le mercredi de 14h à 16h
  • 14 novembre, 5 décembre, 19 décembre, 9 janvier, 23 janvier, 6 février, 20 février, 20 mars, 3 avril, 17 avril, 15 mai, 5 juin.
  • 6, rue Albert de Lapparent, 75007 Paris

Séminaire de lecture de texte

Lecture de textes

Par Colette Soler

Morceaux choisis du Séminaire Encore

  • Le lundi de 12h30 à 14h
  • 15 octobre, 26 novembre, 10 décembre, 28 janvier, 11 février, 25 mars, 8 avril, 20 mai.
  • Centre hospitalier Sainte-Anne, 17, rue Broussais, 75014 Paris
    Service du Dr F. de Pecoulas, Pavillon Magnan, amphithéâtre Morel

Études de cas et Études de textes

Etudes de textes et de cas : réflexion sur notre pratique

par Agnès Metton et Jean-Pierre Drapier

À partir de cas cliniques proposés par les participants nous tenterons un repérage clinique et théorique de la constitution du sujet dans son rapport au praticien. Deux ou trois séances seront réservés à un travail théorique, la première sur la construction d’un cas et la deuxième ou troisième à définir en fonction des points qui surgiront des présentations.

  • Le mardi de 21h à 23h00
  • 16 octobre, 13 novembre, 11 décembre, 22 janvier, 12 février, 12 mars, 9 avril, 14 mai, 11 juin.
  • 118 rue d'Assas, 75006 Paris

Enseignements associés

Jacques lacan et la violence de la logique

par Frédéric Pellion

La logification de l’expérience analytique, qui fut une préoccupation constante de Jacques Lacan, est-elle une violence faite à la parole ? De fait, la logique, d’une certaine façon, coupe la parole, et, par là, rejoint peut-être l’horizon apparemment déshabité d’un « discours sans parole » (S16, 11). Mais la réponse est peut-être moins tranchée. En effet : 1. cet horizon est donné par Lacan pour la « théorie psychanalytique », et non pour l’expérience ; 2. le même soutient, et à l’occasion démontre, que « la logique elle-même doit être extraite de cette donnée qu’est le langage » (S15, 17 janvier 1968). Le problème qui nous occupera cette année impose dès lors de préciser au moins deux choses : 1. la position de la logique comme moyen terme, pour la psychanalyse, entre « expérience » et « théorie » ; 2. la nature de cette « extraction » par laquelle la logique procèderait du langage. C’est à cette double condition que l’on peut peut-être espérer éclairer la reprise par Lacan de la définition hégélienne de la logique comme « science du réel » (AÉ, 314, S21, 12 février 1974).

  • Le jeudi à 14h
  • 15 novembre, 29 novembre, 6 décembre, 20 décembre, 17 janvier, 31 janvier, 7 février, 21 février, 21 mars, 4 avril, 18 avril, 16 mai, 6 juin, 20 juin.
  • Centre hospitalier Sainte Anne, service du Docteur François Eldin de Pecoulas
    14 rue Broussais - 75014 Paris - Service du Dr de Pecoulas - salle d'enseignement du pavillon K

« Parole et violence » : Fonction et champ de la parole et du langage, questions posées à la clinique boroméenne.

par Yves Le Bon

En poursuivant notre travail à partir de la clinique borroméenne, nous questionnerons l'articulation de ces deux signifiants à partir du concept de « rencontre », de la rencontre de « l'être-sujet » avec l'Autre, du miroir et celui des signifiants.

De la naissance à la prise de parole, l'infans fait des rencontres toutes aussi violentes les unes que les autres.

Celle de « l'insistance négative des signifiants » : violence, auxquels il ne peut que se soumettre : aliénation.

Violence et aliénation ou l'appareillage des jouissances. À partir de cette problématique, nous aborderons trois thèmes principaux :

  • - violence et narcissisme
  • - l'acte de prise de parole particulière, symptomatique et transfert
  • - parole et désir.

Dans un deuxième temps nous reprendrons l'invitation de Jacques Lacan à « rejoindre la subjectivité de notre époque », en interrogeant l'état des lieux du lien social et des discours.

  • Le mardi de 19h30 à 21h
  • 16 octobre, 6 novembre, 20 novembre, 4 décembre, 18 décembre, 8 janvier, 22 janvier, 12 février, 12 mars, 7 mai, 21 mai.
  • CAPPC (Rez de chaussée) - 116 A rue du Temple, 75003 Paris - Renseignements : 06 07 74 26 78

« La violence s'arrête là où commence la parole. »

par Armando Cote

Au centre Primo Levi nous travaillons dans plus de 20 langues différentes grâce à la présence des interprètes professionnels. Pour certains patients c’est l’occasion de pouvoir s’exprimer dans leur langue maternelle, alors que pour certains ils ont dû apprendre et parler la langue du tortionnaire. Le séminaire sera l’occasion de revenir sur des notions et des auteurs essentiels qui nous permettront d’aborder le binôme : Parole et violence. Des auteurs tels que Louis Wolfson, Le Schizo et les langues, ou hors psychanalyse : Victor Klemperer, LTI, la langue du IIIème Reich, ou encore Irme Kertész L'Holocauste, comme culture et Hannah Arendt La Langue maternelle, nous permettront de saisir le caractère toxique, maudit de la langue. Les apports de Lacan nous permettront de naviguer non seulement dans les divers points de vue qui existent mais aussi à travers des exemples issus de la clinique.

  • Le mardi de 18h00 à 19h30
  • 9 octobre, 13 novembre, 11 décembre, 15 janvier, 12 février, 19 mars, 9 avril, 14 mai, 11 juin.
  • Centre de soins Primo Levi - 107 avenue Parmentier, 75011 Paris, 5ème étage

Cartel élargi

Cartel élargi

avec Françoise Josselin

L’an prochain nous travaillerons le Livre XVIII, D'un discours qui ne serait pas du semblant.

  • Le mercredi de 9h à 10h30
  • 14 novembre, 5 décembre, 19 décembre, 9 janvier, 23 janvier, 6 février, 20 février, 20 mars, 3 avril, 17 avril, 15 mai, 5 juin.
  • 118 rue d'Assas, 75006 Paris

Espace clinique rattaché de Champagne-Ardenne

Enseignement de l'Espace clinique FCL - Champagne-Ardenne