Formations cliniques du Champ lacanien

Collèges de Clinique Psychanalytique

Identité et identifications

par David Bernard

Identité et identifications, deux termes dont il s’agira cette année de faire valoir la portée clinique et théorique, pour préciser leur articulation, et donc aussi leur distinction. Ainsi, prenons le terme d’identité au sens de l’identité moïque du sujet. Un choix parmi d’autres, mais qui pourrait déjà nous inviter à reconsidérer ce qu’est le moi, aujourd’hui, comme idéal, mais aussi au regard des symptômes qui contredisent cet idéal. Nul doute en effet que le sujet moderne continue d’aspirer à ce moi fort si souvent commenté et dénoncé par Lacan, derrière lequel il pourrait enfin s’abriter, tranquille… Et s’abriter de quoi ? Lacan y aura répondu pour la névrose : de la castration(1). En d’autres termes, dira t’il plus tard, « le moi est fort et tranquille quand la fesse a passé son petit traité de paix avec le surmoi et que le ça ne gratouille plus à l’excès. »(2). Ainsi, le moi veut la paix… férocement. Le discours capitaliste lui-même prendra le relais de cette aspiration. C’est là son invention du coaching, où les experts de tous poils accompagneront le sujet devant la glace pour lui montrer à quoi, à qui, il devra dès lors ressembler. Et pour cause, ironisait Lacan, il faut « un moi résistant pour être un bon employé ».

Mais reste que l’inconscient lui, ne s’en laisse pas conter, au point que la vérité qu’il ébruite dans le symptôme ne manquera pas d’intranquilliser le sujet. La vérité dérange, et même « exige qu’on se dérange »(3), écrivait Lacan, jouant ici de l’équivoque pour dire aussi le sujet qui se dérange, chez un psychanalyste. Dignité du névrosé, soulignait-il alors, osant se poser la question de qui il est, et de ce qu’il désire, à l’opposé de ceux qui croient savoir toujours où ils en sont. A l’appui de son témoignage, Freud le premier put alors déchiffrer derrière la passion moïque du sujet, des identifications, de trois types(4). Nous n’y insistons pas ici, posant simplement la question de savoir comment ces identifications se répartissent dans la clinique, et ce que Lacan lui-même y ajoutera.

Pour lors, ouvrons donc simplement à cette clinique différentielle des identifications à quoi nous nous laisserons cette année convoquer : du désir d’être grand chez l’enfant, en passant par les identifications que déterminent le désir chez l’hystérique, et l’obsessionnel, où se révèleront encore la difficulté d’être femme, ou homme. Ajoutons-y ce que le psychanalyste y répondra, quand Lacan lui-même opposera à l’identification au moi fort, l’identification au symptôme, pas moins. Enfin, que dire de l’identité et des identifications dans la psychose ? En défaut parfois, en confusion ou certitude d’autres fois, mais nous enseignant toujours, à ciel ouvert. « Je me déroule en périodes et en paragraphes, je me sème de ponctuations et, dans la distribution sans frein des images, je me déguise, comme les enfants, en roi vêtu de papier journal »(5), savait Fernando… Pessoa.

  1. Lacan J., « Subversion du sujet et dialectique du désir », in Ecrits, Paris, Seuil, 1966, p.826
  2. Conférence inédite de Jacques Lacan, « Place, origine et fin de mon enseignement », 1967, consultable sur le site internet Pastout Lacan
  3. Lacan J., « L’instance de la lettre dans l’inconscient », in Ecrits, op. cit., p.521
  4. Cf sur ce point le chapitre VII de Freud S., « Psychologie des foules et analyse du moi », in Essais de Psychanalyse, PBP, 1981
  5. Pessoa F., Le livre de l’intranquillité, éd. Ch. Bourgois, 2000, Fragment 193

Références bibliographiques

FREUD Sigmund
« La déformation dans le rêve » (1900), L’interprétation des rêves, Paris, PUF, 1999.
« Dora » (1905), Cinq psychanalyses, Paris, PUF, 1993.
Le mot d’esprit et sa relation à l’inconscient (1905), Paris, Folio Essais, 1992.
Totem et tabou (1913), Paris, PBP, 1965
« Pour introduire le narcissisme » (1914), La vie sexuelle, Paris, PUF, 1969.
« On bat un enfant » (1919), Névrose, psychose et perversion, Paris, PUF, 1973.
« Psychologie collective et analyse du moi »(1921), Essais de psychanalyse, Paris, PBP, 1970.
« Le moi et le ça » (1923), Essais de psychanalyse, Paris, PBP, 1970.
Malaise dans la civilisation (1930), Paris, PUF, 1971.
Nouvelles conférences sur la psychanalyse (1933), Paris, Gallimard, 1984.
LACAN Jacques, Autres écrits (Paris, Seuil, 2001) 
« Les complexes familiaux » (1938)
« Préface à L’éveil du Printemps de Wedekind » (1974)
« Télévision » (1974)
LACAN Jacques, Ecrits (Paris, Seuil, 1966) 
« Propos sur la causalité psychique » (1946)
« L’agressivité en psychanalyse » (1948)
« Le stade du miroir comme formateur de la fonction du Je » (1949)
« L’instance de la lettre dans l’inconscient » (1957)
« La direction de la cure et les principes de son pouvoir » (1958)
« Subversion du sujet et dialectique du désir » (1960)
« Remarque sur le rapport de Daniel Lagache » (1960)
« D’une question préliminaire à tout traitement possible de la psychose » (1957-1958)
LACAN Jacques, Inédit 
« La troisième » Conférence au 7ème Congrès de l’École freudienne de Paris à Rome en 1974.
« Le symptôme » Conférence à Genève le 4 octobre 1975.
LACAN Jacques, Les Séminaires 
Livre II, Le moi dans la théorie de Freud et dans la technique psychanalytique (1954-1955)
Livre V, Les formations de l’inconscient (1957-1958)
Livre VI, Le désir et son interprétation (1958-1959)
Livre VIII, Le transfert (1960-1961)
Livre IX, « L’identification » (1961-1962), inédit.
Livre X, L’angoisse (1962-1963)
Livre XI, Les Quatre Concepts fondamentaux de la psychanalyse (1963-1964)
Livre XVII, L’Envers de la psychanalyse (1969-1970)
Livre XVIII, D’un discours qui ne serait pas du semblant (1970-1971)
Livre XIX, …Ou pire (1971-1972)
Livre XX, Encore (1972-1973)
Livre XXI, « Les non dupes errent » (1973-1974), inédit
Livre XXII, « RSI » (1974-1975), inédit
Livre XXIV, « Linsu que sait de l’une-bévue s’aile à mourre » (1976-1977), inédit
SOLER Colette
Lacan, l’insconscient réinventé, PUF, 2009, p. 92-123.
« La querelle des diagnostics », cours 2003-2004, Collège clinique de Paris.
Autres
Lévy-Strauss C., L’identité, Paris, Grasset, 1991.
Pessoa F., Le livre de l’intranquillité, « Fragment 193 », Paris, Christian Bourgois, 2000.
« L’identité en question dans la psychanalyse », Revue de Psychanalyse du Champ lacanien, N°6,
mars 2008.
« Crises des identités sexuées », dans Les réalités sexuelles et l’inconscient, EPFCL, 2006, p. 321- 344.